FERMER
HISTOIRE
LES PROPRIÉTÉS
LA VITICULTURE
LES VINS
ACTUALITÉS
GALERIE
PHILOSOPHIE

Dans un des plus anciens terroirs de France


PHILOSOPHIE


Une viticulture raisonnée depuis des générations

Pour une expression des terroirs


Une véritable "viticulture durable"


le respect du sol, du raisin et de l'environnement


Respect des bases de l'agriculture raisonnée depuis toujours

 

Grâce au climat provençal, sain et aéré,   les vignes de la famille Sumeire ont pu être cultivées depuis toujours selon les principes de la lutte raisonnée.

Cette agriculture est fondée sur la règle essentielle du  respect de l'environnement. Ainsi les traitements cryptogamiques  sont pratiqués  uniquement en cas de risque de maladie avéré, en fonction des conditions climatiques et du risque encouru. 

La dose appliquée est toujours adaptée au risque encouru.

Il n'existe donc jamais de traitement systématique.

 

La charte « Nutrition méditerranéenne en Provence » (NMP) : 
passage de l'agriculture raisonnée à une véritable 
AGRICULTURE DURABLE.

 

Au-delà de l'agriculture raisonnée, les domaines et châteaux Sumeire ont choisi d'adhérer à cette charte. 

Le but est de préserver l'environnement et le terroir à long terme, en n'utilisant que des matières actives sans incidence sur l'environnement ou la faune auxiliaire utile.

 

Qu'est-ce-que « Nutrition méditerranéenne en Provence » ?



Marque déposée en 1998 par la chambre d'agriculture des  Bouches du Rhône, réservée aux produits cultivés dans le respect de l'environnement et intégrant une dimension gustative et nutritionnelle.

 

Le cahier des charges privilégie au niveau de chaque terroir les méthodes prophylactiques, les processus biologiques, l'autodéfense de la plante, la phytotechnie et le potentiel au sol.

Ceci dans un but de respecter à la fois l'environnement et la santé des utilisateurs et des consommateurs.

Dans de nombreuses zones cultivées selon NMP, on arrive à ne plus réaliser de traitements insecticides.

Ce cahier des charges est actualisé chaque année.

Les producteurs tiennent un cahier d'exploitation contrôlé par un organisme indépendant.

 

 

NMP a mis en évidence, grâce à des professionnels du monde moderne, l'effet bénéfique du modèle alimentaire méditerranéen traditionnel (consommation de produits céréaliers, légumineuses, d'huile d'olive, de vin, de plantes aromatiques, de légumes et de fruits)  et les possibilités d'améliorer cet effet bénéfique.

En effet, le vin est un produit complexe riche d'un millier de constituants

Les travaux de NMP ont porté sur l'optimisation de l'extraction des composés phénoliques du raisin : ces composés interviennent certes dans la qualité organoleptique des vins, mais ils ont également un pouvoir antioxydant puissant qui se traduit par une activité « piégeant » les radicaux libres de façon très efficace.

Grâce aux travaux des nutritionnistes, il est aujourd'hui établi scientifiquement que l'alimentation méditerranéenne qui comprend une consommation modérée de vin protège contre nombre de maladies. 

Plus d'information sur www.nutritionprovence.com

 

Arrachages, plantations et travaux de la vigne.

 

De 2010 à 2012, nous avons arraché 35 ha et 20 ha ont été replantés.

 

En 2013, 5.6 hectares de Côtes de Provence (cinsault et grenache) vont être plantés.

Un hectare comprend en principe 4000 pieds mais en raison des tournières (bords de parcelles permettant aux tracteurs de tourner) on arrive généralement à 3800 pieds seulement.

5.9 hectares vont également être complantés. 

 

Quelques chiffres : en 3 ans, ont été utilisés pour l'ensemble des vignes Sumeire :

380 km de fil de fer

            27000 piquets de vigne galvanisés

            400 000 attaches sur fil porteur


En 2014, 8,5 hectares de grenache et de cinsault ont été plantés, après repos des terres, à Trets et Puyloubier, et 3 hectares de gobelets ont été recépés et palissés.


En 2015, 6.5 hectares de cinsault ont été plantés à Cuers. 


Restructuration : 

Sur une parcelle de syrah de 4 hectares traditionnellement destinée à l'élaboration des rouges du Château Coussin, nous avons procédé à un racottage : ceci consiste à remplacer les plants morts par des plants vivants. C'est une contrainte pendant 4 ans car les jeunes vignes ne seront pas vendangées en même temps que les vieilles mais sur cette parcelle où les vignes sont très qualitatives, il était vraiment intéressant de les conserver au maximum dans un but d'élaborer des rouges qui soient la meilleure expression possible de leur terroir.


Nous avons également investi dans du matériel de labour avec des tracteurs nouvelle génération de manière à pouvoir effectuer au mieux à la fois les labours d'automme ( en profondeur) et ceux de printemps ( plus en surface).

 

Plantiers

 

Un tuteur en bambou est positionné à chaque petit plant.

Ensuite le plant va être palissé.

Le palissage comprend 5 éléments fondamentaux : l'ancrage, le piquet de tête, le piquet de rang, le fil porteur et les 2 fils releveurs.

Le but est de faire monter la vigne le plus haut possible.

Le vignoble est biné à la main sur le rang, et labouré sur l'inter-rang.

Les plantiers sont arrosés, jusqu'à la troisième feuille. En effet, leurs racines, peu profondes, n'atteignent pas l'eau. (au contraire des racines des vignes adultes qui mesurent plus de 40 cm et  peuvent puiser les oligo-éléments dans le sol.)

 

Tant qu'ils ne produisent pas, on procède à une vendange en vert.

Les jeunes vignes peuvent être vendangées à partir de la 3ème feuille en Côtes de Provence et de la 4ème feuille en Côtes de Provence Sainte Victoire.

 

Les vinifications 

 

Les rosés et les blancs

 

Cépages utlisés :  pour les rosés le grenache, le cinsault , le tibouren et la syrah, pour les blancs le rolle.

Eraflage de la vendange si  la récolte est manuelle  (en cas de vendange mécanique, seuls les grains arrivent à la cave préalablement triés sur la machine)

Pressurage direct (contact limité entre jus et peau, pour extraire uniquement la  couleur nécessaire), avec égouttage des jus dès le remplissage des pressoirs pneumatiques.

Contrôle permanent des températures.

Séparation des jus de goutte et des jus de presse.

Débourbage d'une nuit, puis réincorporation des bourbes avec le jus clair (après filtration tangentielle des bourbes).

Levurage et fermentation alcoolique (durée de : 10 à 15 jours) à température régulée : 16-18°C.

Enfin léger sulfitage pour protéger les vins.

Filtration tangentielle, puis assemblages des vins.

Par la suite : électrodialyse (pour éviter les précipitations tartriques).

  

Les rouges

 

Cépages utilisés : Syrah, Cabernet Sauvignon.

Remplissage des cuves par le haut, avec la vendange éraflée.

Extraction couleur et tanins (macération), remontage quotidien,

Durée de fermentation alcoolique (10 à 15 jours), puis post-fermentaire sur les cuves de qualité (assouplissement des tanins) pendant quelques jours (immersion du chapeau de marc), 

Décuvage et pressurage du chapeau (donne le vin de presse).

Fermentation malolactique (à 20°C), puis quand elle est finie : soutirage et sulfitage.

Au printemps : filtration sur terre, puis assemblage.

Mise en bouteille 1 an après la récolte (vieillissement en cuve inox).