FERMER
HISTOIRE
LES PROPRIÉTÉS
LA VITICULTURE
LES VINS
ACTUALITÉS
GALERIE
HISTOIRE
1238

La plus ancienne trace connue de la famille à Trets : l'assemblée des notables du village compte un Sumeire dans ses rangs.

1554

Honoré Sumeire signe une transaction avec les Barons de Trets.

1789

Laurens Sumeire, maire de Trets, est député aux Etats de Provence.

1880

Jean-Baptiste Sumeire marchand de vins et propriétaire, comme son père Jean-Baptiste, et son grand-père André, exerce son commerce à Trets.

0

Jean-Baptiste Sumeire marchand de vins et propriétaire, document de 1880.

Il habite rue Gérenton dans le village de Trets, et son chai se trouve sur la petite place derrière la mairie. Il a quatre garçons, Félicien, Clément, Arsène, Gabriel. Pour chacun, il va acheter un commerce de vins. Le dernier des fils, Gabriel, qui naît justement en 1880, aura le commerce de Trets.

Sous Louis-Philippe, un acte mentionnant Jean-Baptiste Sumeire

1903

Jean-Baptiste Gautier, marchand de grains, vigneron et cultivateur, fait l'acquisition d'une très ancienne propriété viticole ayant appartenu au XVIIème siècle à Jean-Baptiste Coussin, avocat à la Cour d'Appel d'Aix en Provence. Sa petite-fille, Nelly, en épousant en 1936 Elie Sumeire, fera entrer Coussin dans la famille Sumeire.

Jean-Baptiste Gautier, qui achète Coussin en 1903

Coussin, la bastide

1904

Gabriel, voulant développer ses affaires sur la ville de Marseille, réalise qu'il faut s'en rapprocher. Partant de Trets, il a l'habitude de s'arrêter avec ses charrettes chargées de six demi-muids (un peu plus de 600 l chacun) chez sa soeur qui habite en banlieue de Marseille le quartier de la Croix-Rouge, au pied d'Allauch.

Il rencontre alors Claire Delestrade, elle aussi d'origine terrienne, qu'il épouse en 1908. Ils s'installent tous deux à la Croix Rouge d'où les camions portant le nom de la maison partiront pendant des années pour sillonner la France et approvisionner les clients de l'époque.

Gabriel, Claire et leurs cinq enfants à la Croix Rouge- Elie est à droite

1909

Naissance de leur fils ainé Elie. Quatre autres enfants suivront, Fernand, Raymond, Roger et Paulette.

Elie, en vest sombre, avec ses frères Fernand, Raymond, Roger et sa soeur Paulette

1914

La guerre éclate, Claire dirige les affaires alors que Gabriel est mobilisé.

De 1918 à 1942

Gabriel et ses enfants vont développer l'affaire familiale.

1934- Gabriel Sumeire - vins en gros

Elie Sumeire fait la connaissance d'un marchand de vin marseillais de la Belle de mai, Monsieur Baldaccini, et de son jeune fils César. Bien des années plus tard, César deviendra un grand sculpteur célèbre pour ses compressions.

Les frères et soeur Sumeire photographiés par Detaille. A droite Elie, l'ainé et futur grand-père d'Olivier et Sophie.

1937

Naissance de Gabriel, fils aîné d'Elie et de Nelly Estève, petite fille de Jean-Baptiste Gautier, qui apporte dans sa corbeille de mariage le Château Coussin. Le parrain de Gabriel est son grand-père, que désormais toute la famille appellera parrain, et cela continue.

Etiquette Vin rouge Sumeire frères et soeur

1939

La seconde guerre mondiale éclate.

1942

Les 4 frères Sumeire, sous l'impulsion d'Elie, créent les « Etablissements Gabriel Sumeire », société anonyme, dont Elie est Président jusqu'en 1973.

En tête des Etablissements Gabriel Sumeire

Camion des établissements Sumeire, photo prise pendant le tournage du film "Cigarettes, whisky et petites pépées"

Gabriel avec son petit fils et filleul Gabriel, et son épouse Claire.

1946

Jean-Pierre, deuxième fils d'Elie, naît à son tour.

1953

Gabriel achète à Cuers une très belle propriété varoise aux platanes plusieurs fois centenaires : Château l'Afrique.

L'Afrique en 1953

Bassin du Château l'Afrique

1967

Naissance d'Olivier, fils de Gabriel et Marcelle Marty.

1968

Naissance de Sophie, soeur d'Olivier. Décès de Parrain.

1976

Partage familial des propriétés Sumeire. Arrêt de l'ancienne activité de négoce familial.

Elie pendant la construction de la cave de l'Afrique

Elie et ses deux fils Gabriel et Jean-Pierre vont se consacrer à l'exploitation des domaines familiaux : plantations, viticulture traditionnelle sans utilisation de désherbants chimiques, construction de deux caves et restauration des propriétés.

Construction des caves

Construction de la cave de l'Afrique

1983

Premier millésime du Château Coussin mis en bouteille par la famille Sumeire.

A l'Afrique, Au second plan, Jean-Pierre, Gabriel, Sophie, Marcelle, Olivier Au premier plan, Nelly et Elie Sumeire

Gabriel et Jean-Pierre entourant leur cousine Régine dans la cave voutée de l'Afrique, lors d'un chapitre de la confrérie de Méduse.

1987

Au mois d'Août, à Roquefort les Pins, sur une idée de Gabriel, à partir des étiquettes des châteaux de la famille Sumeire, le sculpteur César, en souvenir d'Elie et par amitié, va concevoir un coffret destiné à abriter des vins d'exception.

Gabriel, Elie et Olivier Sumeire entourant le sculpteur César

Elie Sumeire et le premier carton César

Gros plan sur le coffret César et la signature de l'artiste

2001 - à Vinexpo Le stand est conçu entièrement en cartons César. De droite à gauche, Sophie, Olivier, Marcelle, Annabelle, épouse d'Olivier, Gabriel, et Misako Soejima, responsable du marché japonais.

1991

Gabriel et Jean-Pierre, convaincus de la potentialité du terroir Sainte-Victoire, achètent le Château Maupague situé à Puyloubier, au pied de la montagne.

Maupague , pilier d'entrée du domaine

Olivier intègre l'affaire familiale.

Trois générations dans les vignes

1992

Sa soeur Sophie le rejoint.

1998- Jean-Pierre, Olivier, Gabriel et Sophie Sumeire à Coussin

2001

Premier millésime vinifié par Olivier.

Gabriel et Olivier Sumeire dégustant les jus aux vendanges

Olivier attentif à la vigne

2012

Gabriel reçoit le grade de Chevalier de la légion d'honneur.

Au mois de janvier, Jean-Claude Gaudin, sénateur maire de Marseille, remet à Gabriel Sumeire les insignes de chevalier de la légion d'honneur

Sophie et son frère Olivier

Le Blason

A l'aube du XXIeme siècle, le blason familial redessiné se fait l'écho de l'histoire de la famille et de ses valeurs :

Blason Famille Sumeire Vignerons en Provence

La présence d'un coeur dans le blason familial évoque notre origine paysanne et terrienne de vignerons. En effet, quand on laboure une vigne avec une charrue équipée de socs, celui qui se trouve au milieu (et qui laisse un sillon dans la rangée derrière lui) a la forme d'un coeur, d'où ce nom qu'on lui donne.

Les passionnés de numismatique reconnaitront dans le dessin d'un cercle barré d'une croix celui d'une ancienne monnaie de Marseille, l'obole, allusion directe aux Phocéens et aux vignes qu'ils importèrent au 5ème siècle avant JC. La croix rappelle également le rôle joué par les religieux, notamment par les moines de l'abbaye Saint-Victor de Marseille, dans le développement des vignobles.

Ce symbole peut enfin s'interpréter comme une roue, référence au transport et donc au négoce du vin qui est une tradition des Sumeire depuis deux siècles au moins. Les griffons entourant le blason étaient jadis utilisés pour représenter notre maison auprès de populations lointaines, parfois analphabètes. Ils permettaient ainsi de se faire reconnaître.

Enfin notre devise, "Aratro et rota"(par la charrue et par la roue), montre que la charrue et la roue sont toujours en contact avec la terre, et qu'en racontant notre famille et notre histoire, nous devons rester humbles.